Danse d’atomes d’or, d’Olivier Liron

📚 RĂ©sumĂ© :

Un soir chez des amis, O. rencontre Loren, une acrobate fougueuse et libre aux cheveux couleur de seigle. Ils s’Ă©prennent follement, s’Ă©treignent et s’aiment le jour et la nuit dans la ville qui leur ouvre les bras. Mais Loren disparait sans un mot. Inconsolable, tĂȘtu O. la cherche jusqu’Ă  Tombelaine en Normandie. LĂ , il apprendra pourquoi la jeune fille si solaire et fragile, est partie sans pouvoir laisser d’adresse.
Librement inspirĂ© d’OrphĂ©e et Eurydice, le ballet de Pina Bausch, Danse d’atomes d’or propose une nouvelle version du mythe. Ici, Eurydice n’a pas besoin d’OrphĂ©e…
D’une beautĂ© Ă  couper le souffle, Ă©crit avec la rage de vivre, le premier roman d’Olivier Liron s’inscrit dans le droit fil de L’Ă©cume des jours de Boris Vian.

🖋 Mon avis :

💙 Alerte coup de cƓur 💙

Quand j’ai terminĂ© Danse d’atomes d’or, je n’ai pas bougĂ©. J’ai pris le temps, laissĂ© mes yeux dans le vague et mon esprit libre. Il fallait que je laisse les mots vivre encore un peu, libres de se cogner, de retomber, doucement, pour trouver leur place et y rester. Quand un livre me bouleverse, j’ai besoin d’une pause. Pas de son, pas d’image, rien pour parasiter ce qui reste quand les pages se ferment.

J’ai Ă©tĂ© touchĂ©e, bousculĂ©e, par l’intensitĂ© et la poĂ©sie qui s’Ă©chappaient avec force du texte.

Ce livre, c’est l’histoire d’un amour ardent et Ă©phĂ©mĂšre. L’histoire d’une passion inachevĂ©e, dĂ©chirante et dĂ©chirĂ©e par une disparition brutale et inexpliquĂ©e, laissant derriĂšre elle un cƓur suspendu aux souvenirs. Meurtri. Perdu.

C’est une poĂ©sie-tourbillon qui nous emporte, nous gonfle le cƓur, et le retourne. J’en suis sortie Ă©tourdie comme au sortir d’une valse, troublĂ©e comme quand la musique s’arrĂȘte aprĂšs un paso doble fougueux.

Olivier Liron Ă©crit d’une plume qui sait ĂȘtre dure et tendre, douce et crue et nous livre un roman Ă  fleur de peau. Il nous offre une lecture qui reste, une de celles dont on se souvient.

Il a su, dans le creuset de son esprit, transmuer ce qui aurait pu n’ĂȘtre qu’une simple romance en poĂ©sie sublime. Alchimiste de sa Danse d’atomes d’or. Auteur-parfumeur qui distille les mots pour en faire un Ă©lixir.

Lire O. et se souvenir de Rimbaud et de son Alchimie du verbe qui donne des couleurs aux voyelles. Lire le jeu du post-it et penser au Qui suis-je de Breton au dĂ©but de Nadja. Et puis Nadja, encore, ailleurs. Fermer le livre, frissonner, avoir de l’eau au bord des yeux et se dire que, dĂ©cidĂ©ment, Olivier Liron a sacrĂ©ment de talent.

4 commentaires sur “Danse d’atomes d’or, d’Olivier Liron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s