Douce, de Sylvia Rozelier

📚 Résumé :

 » Au début, l’amour, ce n’est rien encore. Un regard furtif, une odeur ou un son, une attraction ou le contraire, une aversion ou une pointe d’agacement. Ensuite, c’est trop tard. L’amour nous a cueillis, possédés, dépossédés, nourris et affamés. Entre les deux, entre le moment où j’étais encore moi-même et celui où je devins malade d’amour, que s’est-il passé ?  »

Roman de l’amour fou, Douce touche le lecteur en plein cÅ“ur. Il nous entraîne, étape par étape, dans les rouages de la passion. De la rencontre à la fusion, de la première défection aux premiers silences, aux premières absences ; de la trahison à la renaissance.

🖋 Mon avis :

« Il y a du supplice dans la passion, le mot l’indique » – Alain

Douce est intelligente et lucide mais impuissante, prise dans une relation destructrice qui lui colle au cœur.

C’est un amour-nicotine, toxique et puissant. C’est mauvais, elle le sait mais n’arrive pas à s’en défaire. Une passion-fusion qui ne laisse plus de place à l’autre, à soi. Une relation qui ombrage. Des éclaircies, parfois, puis l’orage, les nuages, noirs. Espérer sans cesse un soleil qui ne vient plus.

C’est un amour comme une folie, qui aliène, qui entrave. Un syndrome de Stockholm amoureux.

Douce est incapable de partir, enchaînée par le cÅ“ur à un homme manipulateur, menteur, pervers. Prise au piège. Le loup est entré à pas feutrés, sans bruit. La larve parasite le coeur et l’esprit.

Sylvia Rozelier nous offre un récit habité, cousu aux fils, intimes, de soi. L’écriture est envoûtante, belle, profonde, troublante de justesse. J’ai lu douce-ment parce qu’il le fallait, le rythme s’est imposé à moi. Chaque phrase est travaillée avec une minutie telle que l’on veut lire et relire encore. Je me suis enfermée dans ces pages. La scène de La Rouge m’a bouleversée, j’ai senti le malaise s’insinuer en moi et je suis tombée moi aussi. La puissance d’évocation visuelle et émotionnelle qui s’échappe de ce livre est incroyablement empoignante.

Vous dire que j’ai aimé Douce ne lui rendrait pas justice. J’ai été attrapée par ce livre. J’ai rencontré une plume et une sensibilité qui m’ont bouleversée. Sylvia Rozelier m’a prise dans ses filets et je ne me suis pas débattue. Merci.

4 commentaires sur “Douce, de Sylvia Rozelier

  1. Je sens que ce roman est une pépite… ta critique et son résumé me font penser à Ça raconte Sarah, sauf que celui là il fallait le lire dans l’urgence de la passion… c’est mon coup de cÅ“ur de l’année 2018

    Aimé par 1 personne

  2. Il est sur ma liste justement ! Pour Douce, je suis tombée sous le charme de la plume de Sylvia Rozelier et de l’histoire, comme un focus, sur cette passion aveuglante et destructrice. C’est vraie que c’est une pépite !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s