Sale boulot, de Larry Brown

📚 Résumé :

Braiden Chaney n’a plus ni jambes ni bras. Walter James, lui, n’a plus de visage. Ils les ont tous deux perdus au Viêt-Nam. L’un est noir, l’autre est blanc. Vingt-deux ans plus tard, ils se retrouvent dans la même chambre d’un hôpital pour vétérans du Mississippi. Au fil d’une très longue nuit, ils se racontent ce qu’ils étaient, ce qu’ils sont devenus, ce qu’ils pourraient devenir et, surtout, ce qu’ils attendent l’un de l’autre. En une nuit, tout est dit sur la guerre – seul lien entre ces deux hommes que tout oppose – et ce qu’elle fait subir aux soldats. En une nuit, tout est dit sur la souffrance, la mort et la compassion.

🖋 Mon avis :

En une nuit, tout se dit. Ce n’est pas une amitié qui se tisse, mais une fraternité. De celles qui se trouvent et se construisent sur les débris de la guerre.

Deux hommes au corps et à l’esprit cassés, abîmés, se parlent. Une nuit. Ils ne se connaissent pas mais pourtant ils savent. Ils s’écoutent sans s’écouter, ils n’en ont pas vraiment besoin. Ils savent ce que la guerre leur a fait, ce qu’ils sont aujourd’hui.

Un roman à deux voix, deux voix qui se répondent sans question. Ils se disent. Chacun avec son bagage, chacun avec son langage. La souffrance, la vie d’avant, la vie d’après. Quand la guerre est finie mais que le combat continue. On n’en ressort pas indemne, jamais. Mais quand l’intérieur est aussi brisé que l’extérieur, que reste-t-il ?

Il n’y a pas de poésie, tout du moins pas comme on a l’habitude de la lire. Chacun s’exprime tel qu’il est. Le texte est brut, à vif, écorché. Il ressemble à ces hommes. Il ressemble à ce qu’ils ont vécu. Au fur et à mesure des pages, on plonge dans leur enfer, celui de la ségrégation, de la pauvreté, du Vietnam, de l’après, quand l’enfer continue au delà de la zone de combat, qu’il colle à la peau, même 22 ans après. Finalement, la guerre, quand on l’a commencée, on ne s’en sort jamais.

On lit et on se dit qu’on aurait bien besoin d’une bière nous aussi. Et on écoute, assis au bord du lit. Une nuit. Deux vies.

Ça n’a pas été une lecture facile,mais elle m’a plue. Vraiment.

2 commentaires sur “Sale boulot, de Larry Brown

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s