Garder le lien, de Fabienne Thomas

📚 Résumé :
Deux enfants, deux soeurs. Un père aimant, épris de liberté, vivant l’instant présent et le faisant partager à ses filles. Une mère, dans la difficulté à être dans la vie, angoissée par l’avenir et les tâches quotidiennes à accomplir. La discorde des parents terrifie les fillettes et installe en elles un sentiment de peur et d’incertitude quant à l’existence même de leur famille. Pour se rassurer, elles s’accrochent l’une à l’autre. En grandissant, pourront-elles rester fidèles à leur promesse d’enfant ? Elles sortent ensemble dans le silence de la nuit qui s’avance, la longue nuit qu’elles s’apprêtent à partager. Elles se tiennent la main. Depuis le début. Depuis toujours.

🖋 Mon avis :

Deux sœurs, deux mains qui se tiennent, le soir, pour vaincre la peur de la nuit. Deux sœurs, deux cœurs qui se tiennent, pour la vie, pour vaincre la peur des disputes parentales et des lendemains.

Lise et Manon se sont fabriquées une enfance de lumière pour vaincre les ombres de leur foyer. Toujours ensemble, différentes mais fusionnelles, elles jouent, s’inventent des mondes, prises entre deux feux, entre deux parents trop différents. Leur mère rêve d’une vie rangée avec ses deux filles et son mari à ses côtés. Leur père est plus bohème, moins conventionnel, pas souvent là. Quand la première passe son temps à s’inquiéter, l’autre est insouciant de tout. Quand l’une ne quitte pas la maison, l’autre n’y rentre que trop peu. Alors le couple se découd sous les yeux des petites.

Mais elles se tiennent la main, toujours. Le lien. Celui du sang, le premier, et puis celui que l’on crée. Celui qui reste. Celui que l’on a si bien tissé qu’il nous retient. Trop peut-être. Mais ça, on ne le sait que longtemps après.

La vie sépare les corps mais le coeur tisse des fils solides, de ceux qu’il suffira de suivre, quand le temps sera venu. Remonter, se retrouver. Quand le temps sera venu.

Ce sont deux sÅ“urs et elles se tiennent la main, parfois loin, parfois sans même s’en rendre compte. Et quand le temps se fait assassin, les corps se retrouvent et les coeurs savent qu’ils n’ont jamais été bien loin.

Fabienne Thomas écrit l’enfance, avec ses inquiétudes, ses jeux, ses rires et son insouciance qui s’envole parfois trop vite. Elle écrit la famille, la bancale, celle qui tient difficilement et qui endommage. Fabienne Thomas écrit bien. Si bien que je m’y suis vue dans cette grande maison, j’ai joué dans le jardin, j’ai tenu la main. Celle de ma sÅ“ur. Celle de mon frère. Je sais comme le cordon peut se faire épais et solide quand tout déraille.

L’autrice met de la vie dans ses mots, des émotions plein les pages. Vous l’aurez compris, ce livre est, pour moi, une vraie belle lecture.

Un commentaire sur “Garder le lien, de Fabienne Thomas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s